Archives de catégorie : Séminaire

Comment monter et descendre dans les échelles temporelles en dépassant la dichotomie temps long/temps court ? – 05 novembre 2019

L’atelier 5 est heureux de vous convier à un séminaire consacré à la question de la complémentarité des échelles temporelles. Organisé par Étienne Cossart et Brian Chaize, ce séminaire s’intitule Comment monter et descendre dans les échelles temporelles en dépassant la dichotomie temps long/temps court ? Nous vous donnons rendez-vous de 09h30 à 12h30 le 05 novembre prochain à la plateforme OMEAA située sur le campus « Porte des Alpes » de l’Université Lumière Lyon II.

A titre informatif, voici le programme détaillé de cette demi-journée :

10h00-10h30 : Accueil des participants

10h30-11h15 : Étude de la transformation millénaire des hydrosystèmes normands. Identification d’héritages géomorphologiques pour une meilleure gestion contemporaine de ces cours d’eau.

Axel Beauchamp – Géoarchéologue (Service archéologie du Conseil Départemental du Calvados) & Chercheur associé (CNRS UMR 6554 – Littoral, Environnement, Télédétection, Géomatique – Caen)

L’histoire holocène des cours d’eau normands révèle la multiplicité des transformations d’origine anthropique et/ou climatique de ces systèmes. À tel point que leurs formes et leurs fonctionnements actuels semblent en grande partie hérités. Les politiques contemporaines de restauration écologique des cours d’eau ne prennent que très peu en compte cette histoire sur la longue durée. Au cours de cette présentation, on montrera comment la compréhension des évolutions sur la longue durée au travers d’études pluridisciplinaires menées dans la vallée de la Seulles permet de mieux saisir les processus hydrosédimentaires qui l’animent aujourd’hui.

Vannes d’irrigation abandonnées dans la plaine alluviale de l’Orbiquet, Calvados (© A. Beauchamp)

11h15-12h00 : Comment pratiquer l’interdisciplinarité pour répondre à la dichotomie temps long/temps court de l’Anthropocène ? L’exemple des trajectoires temporelles des pollutions chimiques dans l’hydrosystème fluvial.

Hugo Delile – IRSTEA & Chercheur associé (CNRS UMR 5133 – Environnements et sociétés de l’Orient ancien – Lyon)

Le concept d’Anthropocène jouit aujourd’hui d’une image quelque peu contrastée dans la sphère scientifique en raison d’opinions radicalement opposées sur le sujet, en balance entre un concept « fourre-tout » et un optimisme incontrôlé accumulant sans cesse les regards. Or, ce concept nécessite intrinsèquement le croisement de ces regards puisqu’il émerge de la coévolution entre l’Homme et son environnement. Au cours de cette présentation il s’agira d’illustrer, par l’exemple des trajectoires temporelles des pollutions chimiques dans l’hydrosystème fluvial, comment l’interdisciplinarité peut être considérée comme un outil capable de télescoper les temporalités et les spatialités inhérentes aux processus d’urbanisation considérés ici comme un traceur/driveur de l’Anthropocène.

Photographie aérienne du bassin hexagonal du port romain d’Éphèse, Turquie (© H. Brückner)

12h00-12h30 : Discussions et conclusion du séminaire

Quelques exemples de développement de systèmes low-cost pour le suivi environnemental

Date/lieu: mardi 10 juillet à l’Université Lyon2, Bron

PDA, laboratoire EVS-IRG de 9h-12h00

 

9h00-9h15 : Accueil/café

9:15-9:30 : Introduction du séminaire

9:30-9:50 : Lucas Maurer (EVS) – Enregistrement du bruit sismique des rivières à partir de micro-contrôleur Arduino;

9:50-10:10 :  Hélène Guyard (IGE) –  Retour d’expérience sur l’utilisation de Tinyduino;

10:10-10:30 : Franck Perret (EVS) – Lecteur RFID passif basé sur Arduino pour le suivi des galets;

10:30-10:50 : Chloé Jehenne (ESV)- Développement de colliers GPS low-cost pour le suivi de la faune ;

10:50-11:10 : Oldrich Navratil (EVS) – Sondes de turbidité et de couleur low-cost pour le suivi des matières en suspension en rivière;

11:10-12:00 : Temps d’échange : intérêts/limites, création de réseau.

Séminaire mi-quinquennal : où en est le « E » de EVS ? – 15 mai 2018

Lieu : site de Bron, Lyon 2, Bât. Europe
Nous vous proposons un temps d’échange scientifique pour mettre en valeur notre production scientifique. Nous envisageons 3 temps : (1) quelles réalisations de nos programmes scientifiques, quelles sont nos publications phares à mettre en avant, (2) un déjeuner amical (ventre qui crie famine n’ayant pas d’oreille), (3) que souhaitons-nous faire à l’avenir ? que nous apporte un atelier comme l’atelier 5 dans la pratique de notre recherche ?
Vous aurez bien sûr saisi l’importance de cette réunion pour réfléchir collectivement à ce que peut être le « E » de EVS à l’avenir !
  1. Le Lieu et les horaires

Nous nous retrouvons sur le site de Bron, le mardi à 10h.

 

  1. Organisation et ordre du jour

10h-11h30 : Bilan de nos travaux. Nous vous invitions à présenter en 3-4 slides powerpoint vos projets en cours, vos publications et résultats phares obtenus sur les deux dernières années.

11h30-13h : Discussions et perspectives. Quelle spécificité des approches environnementales développées à EVS ? Comment accroître notre visibilité face aux autres UMRs ? Qu’attendons-nous de l’atelier pour le prochain quinquennal ?

  1. Eléments de réflexion

Pour préparer au mieux la discussion, n’hésitez pas à remplir le formulaire ici.

Les emboîtements d’échelles spatiales, de la particule à la chaîne de montagnes – 18 décembre 2017

Les emboîtements d’échelles spatiales, de la particule à la chaîne de montagnes

ENS site Descartes, salle D2.109

 
10h30 : R. Delunel « Des étoiles au Michelin : quand les nucléides cosmogéniques nous renseignent sur l’évolution des terroirs viticoles” 
11h15 : Y. Gunnell « Pourquoi toutes les montagnes ne sont pas pointues ? Intérêt et signification des surfaces d’aplanissement culminantes en contexte orogénique » (exposé en anglais) »
12h00 : B. Belletti « processus fluviaux de l’échelle des macroformes jusqu’au bassin versant »
 
12h45-14h : Buffet (salle R 230)
 
14h-15h : propositions d’animations scientifiques pour l’année 2018

 

Les aires protégées à Madagascar – 9 octobre 2017

9 octobre 2017 à 10h

« Les aires protégées à Madagascar, dernier rempart de la biodiversité résisteront-elles aux nouvelles vagues de migrations internes ? »

 Samuel Razanaka, chercheur au CNRE

Professeur invité par Lyon3

samuel.razanaka@gmail.com

A Madagascar la création des aires protégées amorcée depuis les années 1920, a été renforcée vers les années 2000. Cette mesure semble être la solution idéale pour préserver sa biodiversité, reconnue parmi la trentaine de Hotspots mondiaux. Les difficultés liés au changement climatiques du grand sud de Madagascar, et la pauvreté des populations qui en découle, ont poussés des groupes de gens à adopter des stratégies foncières, ils quittent par vague leur zone d’origine pour se déplacer vers  les régions plus au nord : Menabe et de Boeny dans l’ouest et le nord-ouest de l’ile, pour la pratique de défriche-brûlis pour la culture de maïs et de d’arachide ou de lentille, pour l’exportation.

Les impacts de cette migration sur les écosystèmes des zones d’accueils sont alarmants, perte importante de surface forestière, dégradations des ressources. Les aires protégées situées dans ces zones se trouvent ainsi fortement menacées. La maîtrise et le contrôle du flux migratoire est  très important pour assurer la viabilité des aires protégées dans ces zones ;

Mots-clés : aire protégée, biodiversité, pauvreté, migration, changement climatique, défriche-brûlis, culture pour l’exportation.

Séminaire – 20 juin 2017, le terrain

Séminaire atelier 5 – « les pratiques de terrain : de l’observation à l’expérimentation »

Mardi 20 juin 2017, 14h

Site de Bron (à confirmer)

 

1. 13h : Buffet convivial de fin d’année

2. 14h : Nos pratiques de terrain, l’observation

3. 14h30 : Nos pratiques de terrain, les archives sédimentaires

4. 15h : Nos pratiques de terrain, l’expérimentation

5. 15h30 : Présentation de la chaîne de traitement des radionucléides cosmogéniques

6. 16h45 : Organisation des Journées des Jeunes Géomorphologues 2018

Séminaire conjoint atelier 5 & atelier 8 : 24 mars 2017

Séminaire Atelier 5 & Atelier 8
 
« Observation, modélisation et aide à la décision: le cas des géosystèmes environnementaux  »
 
 
Vendredi 24 mars,
9h30- 12h30
salle F001, ENS, site Descartes, Lyon
 
9h15 accueil des participants, salle F001, site Descartes

9h30- 10h15 Marc Bourgeois (EVS, Lyon 3) & Yohan Sahraoui (BIOGECO, Bordeaux) : Réseaux écologiques, graphes paysagers et aménagement du territoire
10h15- 11h00 Mathieu Fressard (EVS, Lyon 3) & Étienne Cossart (EVS, Lyon 3) : Les apports de la théorie des graphes dans la modélisation des systèmes géomorphologiques
11h00- 11h45 Romain Reulier (LETG, Geophen-Caen) : Les apports des systèmes multi-agents dans la gestion des hydrosystèmes bas-normands

11h45 – 12h30  Discussion
Déjeuner possible sur le site Descartes

Séminaire 1er décembre 2016

Séminaire atelier 5 – Végétation et changements environnementaux  1er décembre, 10h-16h, Salle Doucet-Bon (1er étage, 18 rue Chevreul, Lyon 7e) 

—-

9h45  Accueil (café prévu)

10h00 Informations scientifiques

10h15  Salomé Granai (GéoArchÉon, Laboratoire de Géographie Physique: Environnements quaternaires et actuels) – « Un impact plurimillénaire des sociétés humaines sur la structuration du couvert végétal dans le nord de l’Europe enregistré par les mollusques terrestres »

Les mollusques terrestres vivent généralement dans des habitats de taille restreinte et sont donc sensibles aux moindres variations de leur habitat. De par ce caractère autochtone, la plupart des espèces possède des affinités environnementales assez étroites. Aussi, en contexte fossile, en suivant l’évolution de la composition des cortèges malacologiques il est possible de restituer l’histoire de la structuration du couvert végétal au cours du temps. Grâce à la récente synthèse de nombreuses données malacologiques dans les plaines alluviales du Bassin parisien, une ouverture des milieux indubitablement liée à  l’impact humain a été mise en évidence durant l’âge du Bronze. À l’échelle plus vaste du nord de l’Europe, une trajectoire environnementale comparable est également restituée sur la base de la structuration des cortèges malacologiques. Cependant, quels sont les rythmes et les modalités de cette ouverture des milieux selon les contextes géomorphologiques et archéologiques des régions étudiées?

 11h00 Amélie Quiquerez (Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon ; Laboratoire Archéologie, Terre, Histoire et Sociétés), Laurie Murgia, Emilie Gauthier et Hervé Richard (Université de Bourgogne Franche-Comté, Besançon ; Laboratoire Chrono-environnement) – « Reconquête spatiale végétale et humaine sur les versants sur Mont Granier » 

Sur le versant nord du massif de la Chartreuse, l’éboulement du Mont Granier lors de la nuit du 24 au 25 novembre 1248 a bouleversé la morphologie du versant des Abîmes de Myans, dominant la cluse de Chambéry (Savoie). Un panneau rocheux de près de 900 m de hauteur s’est écroulé de la falaise, générant l’un des glissements les plus importants survenu dans les Alpes durant le dernier millénaire. Ce glissement de terrain a « réinitialisé » entièrement les sols et la morphologie du versant initial, générant des morphologies chaotiques en bosses, alternant avec des zones de replats, et de dépressions à l’origine de la formation de nouveaux lacs, tels le lac de Saint-André et le Lac Noir. Cet exposé vise à présenter les différentes étapes de la reconquête spatiale végétale et humaine de ce versant à partir d’analyses sédimentaires et polliniques réalisées sur les enregistrements sédimentaires du lac de Saint-André et du Lac Noir, lieux privilégiés de stockage de matières. Nous proposons ainsi un modèle d’évolution du couvert végétal et des pratiques agro-pastorales depuis 1248.     11h45 Hossein Ghaffarian (ENS Lyon, UMR EVS) – « Wood detection and video monitoring of wood debris in context of intelligent management of urban rivers » La presentation propose un  aperçu des Contrôles physiques exercés par le bois mort dans les rivières urbaines. Seront présentées l’état des connaissances, les conséquences en matières d’ingénierie écologique, questions scientifiques actuelles (et plus particulièrement les verrous méthodologiques à lever).

 

11h45 Hossein Ghaffarian (ENS Lyon, UMR EVS) – « Wood detection and video monitoring of wood debris in context of intelligent management of urban rivers »

La presentation propose un aperçu des Contrôles physiques exercés par le bois mort dans les rivières urbaines. Seront présentées l’état des connaissances, les conséquences en matières d’ingénierie écologique, questions scientifiques actuelles (et plus particulièrement les verrous méthodologiques à lever).

 

12h45-13h45 : Buffet sur place

13h45 Jérôme Lopez-Saez (IRSTEA, Grenoble) – « Etude des processus géomorphologiques à l’aide des cernes de croissance »

La présentation propose un  aperçu des potentialités de la dendrogéomorphologie. Des exemples de reconstitution de la dynamique spatio-temporelle de divers processus seront développés: Glissements de terrain, coulées de débris, avalanches, chutes de pierres, érosion. Une discussion élargira le propos sur les perspectives d’application en terme d’évaluation des risques naturels et d’une meilleure reconstitution des changements climatiques.

14h30 Rémi de Matos Machado (Paris 7, UMR Prodig) – « Les paysages de guerre de la forêt domaniale de Verdun : conséquences des combats de la Première Guerre mondiale sur l’écologie locale » 

De par son caractère industriel inédit, la Première Guerre mondiale (1914-1918) a marqué les paysages comme aucun autre conflit dans le monde. C’est particulièrement le cas en forêt domaniale de Verdun, dans l’est de la France, où se sont affrontés plus de 2 millions de soldats en l’espace de 10 mois lors de l’année 1916 (bataille de Verdun). Sur les 175 km2 de champ de bataille, c’est principalement le projectile d’artillerie qui a imprimé ses marques sur le terrain, transformant les agrofaciès et sylvofaciès d’avant-guerre en un « polémofaciès » fait de cratères d’obus. Pourtant ravagé par les combats, le champ de bataille jouit aujourd’hui d’un fort potentiel environnemental. La plantation de la forêt domaniale de Verdun dans les années 1930 a contribué à introduire une faune et une flore remarquables sur le champ de bataille. Cette biodiversité tient également son origine des traces géomorphologiques induites par les bombardeme nts et les aménagements militaires. Les trous d’obus, les tranchées et les abris souterrains conservés et dissimulés par le manteau forestier constituent autant de biotopes favorables à la faune et la flore. L’existence de ce patrimoine naturel a permis à la forêt domaniale de Verdun de bénéficier dès 2005 de plusieurs statuts écologiques, dont celui de site « Natura 2000 ». Elle s’est également vue attribuée en 2014 le label « Forêt d’Exception® », impliquant pour les années à venir les gestionnaires forestiers dans une démarche de développement durable et de préservation du champ de bataille.

 15h15 Julien Andrieu (Université de Nice, UMR Espace) – « Contributions méthodologiques à l’analyse spatiale de la végétation terrestre »  

Il s’agit de montrer comment une approche d’analyse spatiale permet, en biogéographie quantitative, de développer des stratégies de la lutte contre l’érosion de la biodiversité. Divers exemples seront pris pour (1) documenter les conséquences des conflits armés de la Côte d’Ivoire sur la  conservation des forêts puis (2) les conséquences du changement climatique sur la distribution des espèces de plantes dans les Alpes du sud. Sur le plan méthodologique, nous proposons une analyse de la dynamique des paysages avec des études couplant terrain, télédétection, cartographie dynamique. Une analyse prospective par modélisation couplant Systèmes multi-agents et Automates Cellulaires sera également présentée.