Séminaire – 20 juin 2017, le terrain

Séminaire atelier 5 – « les pratiques de terrain : de l’observation à l’expérimentation »

Mardi 20 juin 2017, 14h

Site de Bron (à confirmer)

 

1. 13h : Buffet convivial de fin d’année

2. 14h : Nos pratiques de terrain, l’observation

3. 14h30 : Nos pratiques de terrain, les archives sédimentaires

4. 15h : Nos pratiques de terrain, l’expérimentation

5. 15h30 : Présentation de la chaîne de traitement des radionucléides cosmogéniques

6. 16h45 : Organisation des Journées des Jeunes Géomorphologues 2018

Soutenance de thèse : André-Marie Dendievel

A.-M. Dendievel a le plaisir de vous convier à la soutenance de sa thèse de doctorat en Géographie intitulée :
« Paléoenvironnements holocènes du plateau du Béage en Ardèche (massif du Mézenc, Massif Central, France).
Variations climatiques et activités anthropiques révélées par l’étude des macro-restes dans les sédiments tourbeux et la gyttja »
 

La soutenance aura lieu le mercredi 15 mars 2017 à 14h à l’Université de Saint-Etienne,
25 rue Annino, Salle D03 sur le campus Carnot-Télécom

(un plan d’accès au site est disponible en pièce jointe)

 Il sera également très heureux de vous accueillir au cocktail qui aura lieu à partir de 18h (même adresse, salle du conseil)

Afin d’organiser au mieux ce moment, merci de lui confirmer votre présence rapidement.

plan accès soutenance thèse AMD 15 mars 2017

Dendievel AM – these résumé

Séminaire conjoint atelier 5 & atelier 8 : 24 mars 2017

Séminaire Atelier 5 & Atelier 8
 
« Observation, modélisation et aide à la décision: le cas des géosystèmes environnementaux  »
 
 
Vendredi 24 mars,
9h30- 12h30
salle F001, ENS, site Descartes, Lyon
 
9h15 accueil des participants, salle F001, site Descartes

9h30- 10h15 Marc Bourgeois (EVS, Lyon 3) & Yohan Sahraoui (BIOGECO, Bordeaux) : Réseaux écologiques, graphes paysagers et aménagement du territoire
10h15- 11h00 Mathieu Fressard (EVS, Lyon 3) & Étienne Cossart (EVS, Lyon 3) : Les apports de la théorie des graphes dans la modélisation des systèmes géomorphologiques
11h00- 11h45 Romain Reulier (LETG, Geophen-Caen) : Les apports des systèmes multi-agents dans la gestion des hydrosystèmes bas-normands

11h45 – 12h30  Discussion
Déjeuner possible sur le site Descartes

Les sociétés andines face aux changements passés et actuels : dynamiques territoriales, crises, frontières et mobilités

Nicolas Goepfert1, Segundo Vásquez2, Camille Clément1, Aurélien Christol3 (eds.)

 

1 : UMR ARCHAM 8096

2 : Universidad Nacional de Trujillo

3 : UMR 5600 EVS

 

Actes et Mémoire n° 43 de l’IFEA

Publié par l’IFEA et le LabEx DynamiTe (avec le soutien de l’UNT)

 

 

Résumé :

 

Les sociétés andines ont été confrontées et continuent à être confrontées à diverses crises comme le phénomène El Niño, les tremblements de terre, les changements de pouvoir, les crises économiques, les migrations, les modifications du territoire et des frontières. Qu’elles soient climatiques, sociales, politiques ou économiques, temporaires, cycliques ou de plus longue durée, les crises ont généré différents types de réactions chez les populations anciennes et modernes. Les thèmes centraux de ce livre sont les dynamiques territoriales, les frontières et les mobilités dans les Andes, thèmes intemporels qui ont connu vraisemblablement des processus et des solutions communes et/ou totalement différents en fonction des périodes et des aires culturelles. Ce volume réunit 10 articles qui sont le prolongement de communications présentées lors d’une table ronde européenne qui s’est tenue à Paris en 2013. Les trois approches – spatiale, diachroniques et pluridisplinaire – constituent l’originalité et la richesse des contributions qui, sans ériger de nouveaux paradigmes, ouvrent de nouvelles pistes de réflexions. Au niveau spatial, les auteurs, archéologues et géographes, développent travaux et réflexions à partir d’études de cas provenant du Pérou et de l’Equateur, de zones côtières, montagneuses et forestières, mais aussi de la côte Atlantique de l’Amérique du Sud.  Elles traitent aussi bien des sociétés (Mochica et Chimú), et des cultures préhispaniques (Recuay, Yschma et Inca…) que des populations contemporaines des régions de Cuzco et Cuenca. Finalement, le dialogue entre les thèmes abordés et les aires culturelles se fait aussi à travers les différentes méthodologies comme l’archéologie, la géomorphologie, la zooarchéologie, la céramologie, l’ethnohistoire et la géographie. Les articles présentent donc un panorama très intéressant des synergies possibles entre périodes et aires culturels sur des sujets anciens qui traversent le temps et continuent à impacter les sociétés actuelles des Andes.

Séminaire 1er décembre 2016

Séminaire atelier 5 – Végétation et changements environnementaux  1er décembre, 10h-16h, Salle Doucet-Bon (1er étage, 18 rue Chevreul, Lyon 7e) 

—-

9h45  Accueil (café prévu)

10h00 Informations scientifiques

10h15  Salomé Granai (GéoArchÉon, Laboratoire de Géographie Physique: Environnements quaternaires et actuels) – « Un impact plurimillénaire des sociétés humaines sur la structuration du couvert végétal dans le nord de l’Europe enregistré par les mollusques terrestres »

Les mollusques terrestres vivent généralement dans des habitats de taille restreinte et sont donc sensibles aux moindres variations de leur habitat. De par ce caractère autochtone, la plupart des espèces possède des affinités environnementales assez étroites. Aussi, en contexte fossile, en suivant l’évolution de la composition des cortèges malacologiques il est possible de restituer l’histoire de la structuration du couvert végétal au cours du temps. Grâce à la récente synthèse de nombreuses données malacologiques dans les plaines alluviales du Bassin parisien, une ouverture des milieux indubitablement liée à  l’impact humain a été mise en évidence durant l’âge du Bronze. À l’échelle plus vaste du nord de l’Europe, une trajectoire environnementale comparable est également restituée sur la base de la structuration des cortèges malacologiques. Cependant, quels sont les rythmes et les modalités de cette ouverture des milieux selon les contextes géomorphologiques et archéologiques des régions étudiées?

 11h00 Amélie Quiquerez (Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon ; Laboratoire Archéologie, Terre, Histoire et Sociétés), Laurie Murgia, Emilie Gauthier et Hervé Richard (Université de Bourgogne Franche-Comté, Besançon ; Laboratoire Chrono-environnement) – « Reconquête spatiale végétale et humaine sur les versants sur Mont Granier » 

Sur le versant nord du massif de la Chartreuse, l’éboulement du Mont Granier lors de la nuit du 24 au 25 novembre 1248 a bouleversé la morphologie du versant des Abîmes de Myans, dominant la cluse de Chambéry (Savoie). Un panneau rocheux de près de 900 m de hauteur s’est écroulé de la falaise, générant l’un des glissements les plus importants survenu dans les Alpes durant le dernier millénaire. Ce glissement de terrain a « réinitialisé » entièrement les sols et la morphologie du versant initial, générant des morphologies chaotiques en bosses, alternant avec des zones de replats, et de dépressions à l’origine de la formation de nouveaux lacs, tels le lac de Saint-André et le Lac Noir. Cet exposé vise à présenter les différentes étapes de la reconquête spatiale végétale et humaine de ce versant à partir d’analyses sédimentaires et polliniques réalisées sur les enregistrements sédimentaires du lac de Saint-André et du Lac Noir, lieux privilégiés de stockage de matières. Nous proposons ainsi un modèle d’évolution du couvert végétal et des pratiques agro-pastorales depuis 1248.     11h45 Hossein Ghaffarian (ENS Lyon, UMR EVS) – « Wood detection and video monitoring of wood debris in context of intelligent management of urban rivers » La presentation propose un  aperçu des Contrôles physiques exercés par le bois mort dans les rivières urbaines. Seront présentées l’état des connaissances, les conséquences en matières d’ingénierie écologique, questions scientifiques actuelles (et plus particulièrement les verrous méthodologiques à lever).

 

11h45 Hossein Ghaffarian (ENS Lyon, UMR EVS) – « Wood detection and video monitoring of wood debris in context of intelligent management of urban rivers »

La presentation propose un aperçu des Contrôles physiques exercés par le bois mort dans les rivières urbaines. Seront présentées l’état des connaissances, les conséquences en matières d’ingénierie écologique, questions scientifiques actuelles (et plus particulièrement les verrous méthodologiques à lever).

 

12h45-13h45 : Buffet sur place

13h45 Jérôme Lopez-Saez (IRSTEA, Grenoble) – « Etude des processus géomorphologiques à l’aide des cernes de croissance »

La présentation propose un  aperçu des potentialités de la dendrogéomorphologie. Des exemples de reconstitution de la dynamique spatio-temporelle de divers processus seront développés: Glissements de terrain, coulées de débris, avalanches, chutes de pierres, érosion. Une discussion élargira le propos sur les perspectives d’application en terme d’évaluation des risques naturels et d’une meilleure reconstitution des changements climatiques.

14h30 Rémi de Matos Machado (Paris 7, UMR Prodig) – « Les paysages de guerre de la forêt domaniale de Verdun : conséquences des combats de la Première Guerre mondiale sur l’écologie locale » 

De par son caractère industriel inédit, la Première Guerre mondiale (1914-1918) a marqué les paysages comme aucun autre conflit dans le monde. C’est particulièrement le cas en forêt domaniale de Verdun, dans l’est de la France, où se sont affrontés plus de 2 millions de soldats en l’espace de 10 mois lors de l’année 1916 (bataille de Verdun). Sur les 175 km2 de champ de bataille, c’est principalement le projectile d’artillerie qui a imprimé ses marques sur le terrain, transformant les agrofaciès et sylvofaciès d’avant-guerre en un « polémofaciès » fait de cratères d’obus. Pourtant ravagé par les combats, le champ de bataille jouit aujourd’hui d’un fort potentiel environnemental. La plantation de la forêt domaniale de Verdun dans les années 1930 a contribué à introduire une faune et une flore remarquables sur le champ de bataille. Cette biodiversité tient également son origine des traces géomorphologiques induites par les bombardeme nts et les aménagements militaires. Les trous d’obus, les tranchées et les abris souterrains conservés et dissimulés par le manteau forestier constituent autant de biotopes favorables à la faune et la flore. L’existence de ce patrimoine naturel a permis à la forêt domaniale de Verdun de bénéficier dès 2005 de plusieurs statuts écologiques, dont celui de site « Natura 2000 ». Elle s’est également vue attribuée en 2014 le label « Forêt d’Exception® », impliquant pour les années à venir les gestionnaires forestiers dans une démarche de développement durable et de préservation du champ de bataille.

 15h15 Julien Andrieu (Université de Nice, UMR Espace) – « Contributions méthodologiques à l’analyse spatiale de la végétation terrestre »  

Il s’agit de montrer comment une approche d’analyse spatiale permet, en biogéographie quantitative, de développer des stratégies de la lutte contre l’érosion de la biodiversité. Divers exemples seront pris pour (1) documenter les conséquences des conflits armés de la Côte d’Ivoire sur la  conservation des forêts puis (2) les conséquences du changement climatique sur la distribution des espèces de plantes dans les Alpes du sud. Sur le plan méthodologique, nous proposons une analyse de la dynamique des paysages avec des études couplant terrain, télédétection, cartographie dynamique. Une analyse prospective par modélisation couplant Systèmes multi-agents et Automates Cellulaires sera également présentée.

Changements environnementaux

Les travaux se définissent selon quatre objectifs :

1. Apprécier le changement environnemental grâce à une mesure du temps, par la cartographie et l’utilisation chronostratigraphique d’archives pédo-bio-sédimentaires (sols, systèmes colluvio-alluviaux, pollens, géoarchéologie), si possible datables dans le but de reconstituer l’évolution des paysages, des anthroposystèmes, et la succession des cycles climatiques qui ont pu présider aux changements enregistrés.

2. Comprendre les processus biophysiques s’exprimant au sein des socio-écosystèmes et les conséquences que ces mécanismes induisent sur les sociétés en termes de risques, de ressources, de milieu de vie, de santé et de bien-être.

3. Comprendre les changements environnementaux des échelles intra-décennales aux échelles plurimillénaires de l’Holocène et lier ces connaissances avec les modifications susceptibles d’être observées dans le futur (amplitudes, intensités, temporalités, cyclicités, variabilités spatiales du local à l’hémisphérique…).

4. Décrire et définir les seuils successifs de l’Anthropocène, la période au cours de laquelle les sociétés humaines ont modifié le fonctionnement géologique et géochimique de notre planète et l’ont finalement marqué d’une empreinte sans doute irrémédiable (jusqu’à l’urbanité)

Mesure et appréciation des changements environnementaux