Séminaire 1er décembre 2016

Séminaire atelier 5 – Végétation et changements environnementaux  1er décembre, 10h-16h, Salle Doucet-Bon (1er étage, 18 rue Chevreul, Lyon 7e) 

—-

9h45  Accueil (café prévu)

10h00 Informations scientifiques

10h15  Salomé Granai (GéoArchÉon, Laboratoire de Géographie Physique: Environnements quaternaires et actuels) – « Un impact plurimillénaire des sociétés humaines sur la structuration du couvert végétal dans le nord de l’Europe enregistré par les mollusques terrestres »

Les mollusques terrestres vivent généralement dans des habitats de taille restreinte et sont donc sensibles aux moindres variations de leur habitat. De par ce caractère autochtone, la plupart des espèces possède des affinités environnementales assez étroites. Aussi, en contexte fossile, en suivant l’évolution de la composition des cortèges malacologiques il est possible de restituer l’histoire de la structuration du couvert végétal au cours du temps. Grâce à la récente synthèse de nombreuses données malacologiques dans les plaines alluviales du Bassin parisien, une ouverture des milieux indubitablement liée à  l’impact humain a été mise en évidence durant l’âge du Bronze. À l’échelle plus vaste du nord de l’Europe, une trajectoire environnementale comparable est également restituée sur la base de la structuration des cortèges malacologiques. Cependant, quels sont les rythmes et les modalités de cette ouverture des milieux selon les contextes géomorphologiques et archéologiques des régions étudiées?

 11h00 Amélie Quiquerez (Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon ; Laboratoire Archéologie, Terre, Histoire et Sociétés), Laurie Murgia, Emilie Gauthier et Hervé Richard (Université de Bourgogne Franche-Comté, Besançon ; Laboratoire Chrono-environnement) – « Reconquête spatiale végétale et humaine sur les versants sur Mont Granier » 

Sur le versant nord du massif de la Chartreuse, l’éboulement du Mont Granier lors de la nuit du 24 au 25 novembre 1248 a bouleversé la morphologie du versant des Abîmes de Myans, dominant la cluse de Chambéry (Savoie). Un panneau rocheux de près de 900 m de hauteur s’est écroulé de la falaise, générant l’un des glissements les plus importants survenu dans les Alpes durant le dernier millénaire. Ce glissement de terrain a « réinitialisé » entièrement les sols et la morphologie du versant initial, générant des morphologies chaotiques en bosses, alternant avec des zones de replats, et de dépressions à l’origine de la formation de nouveaux lacs, tels le lac de Saint-André et le Lac Noir. Cet exposé vise à présenter les différentes étapes de la reconquête spatiale végétale et humaine de ce versant à partir d’analyses sédimentaires et polliniques réalisées sur les enregistrements sédimentaires du lac de Saint-André et du Lac Noir, lieux privilégiés de stockage de matières. Nous proposons ainsi un modèle d’évolution du couvert végétal et des pratiques agro-pastorales depuis 1248.     11h45 Hossein Ghaffarian (ENS Lyon, UMR EVS) – « Wood detection and video monitoring of wood debris in context of intelligent management of urban rivers » La presentation propose un  aperçu des Contrôles physiques exercés par le bois mort dans les rivières urbaines. Seront présentées l’état des connaissances, les conséquences en matières d’ingénierie écologique, questions scientifiques actuelles (et plus particulièrement les verrous méthodologiques à lever).

 

11h45 Hossein Ghaffarian (ENS Lyon, UMR EVS) – « Wood detection and video monitoring of wood debris in context of intelligent management of urban rivers »

La presentation propose un aperçu des Contrôles physiques exercés par le bois mort dans les rivières urbaines. Seront présentées l’état des connaissances, les conséquences en matières d’ingénierie écologique, questions scientifiques actuelles (et plus particulièrement les verrous méthodologiques à lever).

 

12h45-13h45 : Buffet sur place

13h45 Jérôme Lopez-Saez (IRSTEA, Grenoble) – « Etude des processus géomorphologiques à l’aide des cernes de croissance »

La présentation propose un  aperçu des potentialités de la dendrogéomorphologie. Des exemples de reconstitution de la dynamique spatio-temporelle de divers processus seront développés: Glissements de terrain, coulées de débris, avalanches, chutes de pierres, érosion. Une discussion élargira le propos sur les perspectives d’application en terme d’évaluation des risques naturels et d’une meilleure reconstitution des changements climatiques.

14h30 Rémi de Matos Machado (Paris 7, UMR Prodig) – « Les paysages de guerre de la forêt domaniale de Verdun : conséquences des combats de la Première Guerre mondiale sur l’écologie locale » 

De par son caractère industriel inédit, la Première Guerre mondiale (1914-1918) a marqué les paysages comme aucun autre conflit dans le monde. C’est particulièrement le cas en forêt domaniale de Verdun, dans l’est de la France, où se sont affrontés plus de 2 millions de soldats en l’espace de 10 mois lors de l’année 1916 (bataille de Verdun). Sur les 175 km2 de champ de bataille, c’est principalement le projectile d’artillerie qui a imprimé ses marques sur le terrain, transformant les agrofaciès et sylvofaciès d’avant-guerre en un « polémofaciès » fait de cratères d’obus. Pourtant ravagé par les combats, le champ de bataille jouit aujourd’hui d’un fort potentiel environnemental. La plantation de la forêt domaniale de Verdun dans les années 1930 a contribué à introduire une faune et une flore remarquables sur le champ de bataille. Cette biodiversité tient également son origine des traces géomorphologiques induites par les bombardeme nts et les aménagements militaires. Les trous d’obus, les tranchées et les abris souterrains conservés et dissimulés par le manteau forestier constituent autant de biotopes favorables à la faune et la flore. L’existence de ce patrimoine naturel a permis à la forêt domaniale de Verdun de bénéficier dès 2005 de plusieurs statuts écologiques, dont celui de site « Natura 2000 ». Elle s’est également vue attribuée en 2014 le label « Forêt d’Exception® », impliquant pour les années à venir les gestionnaires forestiers dans une démarche de développement durable et de préservation du champ de bataille.

 15h15 Julien Andrieu (Université de Nice, UMR Espace) – « Contributions méthodologiques à l’analyse spatiale de la végétation terrestre »  

Il s’agit de montrer comment une approche d’analyse spatiale permet, en biogéographie quantitative, de développer des stratégies de la lutte contre l’érosion de la biodiversité. Divers exemples seront pris pour (1) documenter les conséquences des conflits armés de la Côte d’Ivoire sur la  conservation des forêts puis (2) les conséquences du changement climatique sur la distribution des espèces de plantes dans les Alpes du sud. Sur le plan méthodologique, nous proposons une analyse de la dynamique des paysages avec des études couplant terrain, télédétection, cartographie dynamique. Une analyse prospective par modélisation couplant Systèmes multi-agents et Automates Cellulaires sera également présentée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.